publicité

La Dépêche du midi se met au régime avec le plan Fitness

Le groupe la Dépêche a annoncé lors d'un CE en décembre la mise en place d'un plan de réduction des coûts baptisé "Plan fitness". Au menu, baisse des effectifs, menace sur des hebdos et réductions de frais fixes.

  • Par Véronique Haudebourg
  • Publié le 04/01/2013 | 09:58, mis à jour le 09/01/2013 | 14:14
© VBH / F3 Midi-Pyrénées
© VBH / F3 Midi-Pyrénées
Le conseil d’administration du groupe de presse, dirigé par le président du parti radical Jean-Michel Baylet, a annoncé le lancement d’un «plan fitness» pour l’année 2013. C’est en effet à une cure d’amaigrissement que doit s’attendre La Dépêche du midi. Une restructuration des pôles magazine (Toulouse Mag, In Toulouse, Les Décideurs de Midi-Pyrénées) et hebdo du groupe (Le Villefranchois, La semaine du Lot, La gazette du Comminges) est prévue, ainsi que le départ de 100 à 150 salariés. Ce «plan fitness», présenté en comité d’entreprise le 18 décembre, «a suscité la réprobation des syndicats du groupe», selon un communiqué du syndicat des journalistes de la CFDT. Le SNJ parle d'un plan "cynique et provoquant".

Concernant la masse salariale, un plan de départ volontaire a été refusé, d'après le site Carré d'info, par les syndicats échaudé lors du précedent «Grenelle», un autre plan d'austérité. Ces derniers ont donc refusé le déploiement de ce dispositif et il y aura donc bel et bien un plan social dont les détails seront connus courant janvier. L‘OJIM parle de 100 à 150 personnes concernées, un chiffre nuancé par les syndicats qui, s’ils n’ont pas d’évaluation précises, pensent à un nombre moins élevé.ainsi que le non-remplacement des départs à la retraite.
Sur les 5 dernières années, le groupe La Dépêche a supprimé 230 de son millier d'emploi dont 50 à la rédaction sur les 230 postes. Mais le recul des recettes publicitaires et des ventes font reculer le chiffre d'affaires (- 4.9 millions d'euros selon l'association des journalistes de Toulouse) et la marge brute (-3.2 millions d'€).
Les syndicats, de leur côté, dénoncent la stratégie du groupe et notamment son engagement dans Ovaliecom, structure de communication à destination des clubs de rugby et les brasseries Midol.

les + lus

les + partagés